Longtemps en tête à Antibes, l’ASA cale en prolongations

Longtemps en tête à Antibes, l’ASA cale en prolongations

Accueil> Pro B > Actualités >

Longtemps en tête à Antibes, l’ASA cale en prolongations

31/05/2022

Longtemps en tête à Antibes, l’ASA cale en prolongations Retour à la liste des actualités

Pro B

  • Le film du match: longtemps en tête à Antibes, l’ASA cale en prolongations

On en serait presque déçus, c’est dire si l’Alliance a changé de dimension ces dernières semaines. Une qualification sur le fil en play-offs relevait déjà de l’exceptionnel au vu du contexte, alors que dire de l’élimination de Saint-Chamond, deuxième de la saison régulière, et de ce match que nos garçons semblaient avoir en main à Antibes, ce dimanche, avant de courber l’échine en prolongations?

Plus l’équipe de Julien Espinosa, de retour ce week-end dans son ancien club, avance, plus le public en redemande. Mais ce sont bien les Azuréens, détenteurs de l’avantage du parquet, qui ont raflé la première manche de cette demi-finale (93-89) dans laquelle rien ne paraît impossible pour les Alsaciens.

Sans Marquis Wright, ni Karlton Dimanche, touché au genou, ni Dovydas Redikas, touché au dos, nos trois meneurs cette saison, coach Espinosa lance Romain Hoeltzel dans le grand bain. Mais le manque de rotation à ce poste, malgré le bon début de rencontre de l’Alliance, aura sans aucun doute été un handicap sur l’ensemble de la partie (20-21, 10e’).

Le deuxième acte est une histoire de vagues. L’ASA creuse un petit écart (22-27, 14e’) grâce à une belle intensité défensive. Cependant, le manque d’adresse des visiteurs (8/29 à trois points sur le match) et la grinta de Pansa permettent aux Sharks de revenir puis de passer devant. Un avantage de courte durée, les Alsaciens reprenant le lead juste avant la pause (40-42, 20e’).

Antibes repart de plus en profitant de quelques maladresses alsaciennes (58-53, 30e’), mais Jérôme Cazenobe et Strahinja Gavrilovic effacent le débours dans le dernier acte. Jason Bach et ses partenaires, irrésistibles en défense, vont même prendre huit longueurs d’avance (60-68, 38e’). 

Le money time est une succession de petites erreurs et d’interceptions de part et d’autres, ainsi que de décisions litigueuses du corps arbitral. Antibes se voit sanctionner d’une anti-sportive, mais Gries-Souffel perd la balle sur remise en jeu. Cela donne l’occasion à Tim Derksen d’égaliser à 1,5 seconde du terme. Anhtony Racine manque son tir au buzzer et les deux formations se retrouvent embarquées dans une prolongation dans laquelle les Azuréens prennent les rennes assez rapidement.

Derksen et Johnson veulent forcer la décision (83-79, 43e’) mais notre Serbe Gavrilovic s’accroche et refuse de rendre les armes (85-83, 44e’). C’est finalement Gédéon Pitard, muet jusque-là, qui offre aux locaux le panier décisif pour enterrer définitivement les espoirs alsaciens. Dommage, mais les Alsaciens, très courageux avec leurs nombreux blessés, feront tout pour prendre leur revanche dès ce mercredi 1er juin, à la Forest Arena de Gries.


Consultez toutes les stats en cliquant ici

  • La stat du match :



Soit le nombre de balles perdues par l’Alliance ce dimanche à Antibes. Un tel total n’avait plus été atteint depuis une défaite à Quimper, le 12 février dernier. Une autre époque. Une statistique liée selon Julien Espinosa aux absences de Marquis Wright et de Karlton Dimanche. 

« J’ai été obligé de décaler les joueurs et de m’appuyer sur Romain à la mène. Il nous a donné 25 bonnes minutes alors qu’il doit passer une épreuve du bac lundi matin, révèle le coach de l’ASA. C’est le décalage, et donc le fait que les joueurs ne soient pas à leur poste habituel, qui est à l’origine des nombreuses pertes de balles », dira après le match le coach de l’ASA.

  • La décla : Julien Espinosa, entraîneur de l’ASA, après la défaite à Antibes ce dimanche.

« C’est rageant parce que, malgré les circonstances, on était près de l’exploit. Mais je ne peux absolument pas en vouloir à mes joueurs, au contraire, j’étais fier d’eux, de ce qu’ils ont été capables de faire ».

partenaires majeurs

partenaires institutionnels