Le débrief ASA vs Evreux

Le débrief ASA vs Evreux

Accueil> Pro B > Actualités >

Le débrief ASA vs Evreux

04/12/2021

Le débrief ASA vs Evreux Retour à la liste des actualités

Pro B

  • Le film du match : Anthony prend racine

On s’attendait à une rencontre au couteau, entre deux équipes mal classées et en manque de victoire, on a été servi. Même si notre adversaire du soir, Evreux, a longtemps fait la course en tête, nos garçons, jamais totalement largués, ont su renverser la vapeur au meilleur moment, grâce à un tir d’extraterrestre d’Anthony Racine, notre nouveau joueur. Tout est bien qui finit bien.

Il faut dire que notre hôte nous a donné du fil à retordre. Equipe pleine de paradoxes, meilleure attaque de Pro B tout en étant la pire défense, l’ALM prend un départ canon grâce au chantier dans la raquette d’Antoine Wallez, puis de Fabien Paschal. Les deux intérieurs scorent avec une facilité déconcertante et creusent un premier écart, tandis que l’Alliance se montre particulièrement maladroite (14-27, puis 17-27, 10e’).

Evreux marque le pas dans le deuxième quart-temps, la faute à une défense mieux organisée côté alsacien. L’énergie et l’adresse de Sofiane Briki permettent de réduire la différence entre les deux formations (34-39, 16e’). A la mi-temps, l’Alliance s’en tire bien (41-47, 20e’).

La deuxième mi-temps est une succession de temps forts et de temps faibles de part et d’autre. Sylvain Sautier, très bon ce vendredi, et les siens se rapprochent régulièrement tout près (45-49, 22e’, puis 50-53, 25e’), sans jamais réussir à prendre les devants. 

Evreux semble ensuite trouver un second souffle, sous la houlette de Milosevic et de Paschal. Les supporters semblent résignés, jusqu’à ce que Marquis Wright et Sylvain Sautier repassent à l’offensive, laissant le soin à Sofiane Briki d’égaliser par l’intermédiaire d’une nouvelle salve longue distance (72-72, 26e’).

La suite se joue dans un mouchoir de poche. Dans la dernière minute, alors que Kazakauskas n’inscrit qu’un lancer-franc sur deux (79-80) et qu’il reste alors 6’6 secondes au chrono, Stéphane Eberlin prend son dernier temps-mort. Le système imaginé par le coach est destiné à Marquis Wright mais le meneur américain ne parvient pas à s’extraire du marquage de la défense normande. C’est finalement Anthony Racine qui hérite du ballon. Le nouvel ailier de l’ASA n’a d’autre choix que de shooter en catastrophe à près de huit mètres. Il reste 0’2 seconde, insuffisant pour qu’Evreux tente sa chance.

Nos garçons jubilent et arrachent un premier succès à domicile (82-80) en championnat et, grâce à cette troisième victoire de la saison, se donnent un peu d’air au classement. 

Consultez toutes les stats en cliquant ici

Quart-temps: 17-27, 24-20, (41-47), 17-19, 24-14. Forest Arena à Gries. Arbitres : MM. Alouahabi, Carboni et Dahra.

ASA: 28/66 aux tirs dont 12/33 à trois points, 33 rebonds (Eliezer-Vanerot 7), 22 passes décisives (Wright 8), 8 ballons perdus. 

Bach 1, Eliezer-Vanerot 9, Enechionyia 14, Cazenobe 4, Wright 10, Sautier 12, Briki 9, Dimanche 5, Racine 7, Vranes 11.

Evreux: 29/58 aux tirs dont 3/14 à trois points, 35 rebonds (Manunga 9), 14 passes décisives (Milosevic 4), 8 ballons perdus. 

Munanga 12, Hamlet 12, Stevanovic 2, Milosevic 12, Paschal 16, Radnic 6, Kazakauskas 8, Wallez 12

  • La stat

Le bilan à trois points d’Anthony Racine, qui disputait ce vendredi son premier match avec l’Alliance. Mais ça, c’était avant son tir à 8 mètres au (quasi) buzzer. Le pigiste médical de l’ASA a su marquer le shoot qu’il fallait pour faire gagner son équipe.

  • La décla : Anthony Racine, nouveau joueur de l’ASA, après son tir victorieux qui a permis d’arracher un précieux succès contre Evreux ce vendredi 3 décembre.

« Franchement, ça fait super plaisir. Les six premiers tirs ne sont pas rentrés, et le dernier, lui, il est tombé dedans. Le plus important, c’est que mes coéquipiers m’ont encouragé tout au long du match. J’ai pris ce dernier shoot avec confiance. Ça fait une semaine que je suis arrivé, l’adaptation s’est faite très rapidement. C’est un bon groupe de gars, ça travaille bien, je suis content d’être ici, et c’est cool de commencer par une première victoire. »

partenaires majeurs

partenaires institutionnels