Et de une !

Et de une !

Accueil> Pro B > Actualités >

Et de une !

05/03/2022

Et de une ! Retour à la liste des actualités

Pro B

C’était le match de la peur. De la peur entre deux clubs respectivement avant-dernier et lanterne rouge de Pro B. De la peur avant de savoir comment l’équipe allait réagir après le remplacement de Stéphane Eberlin par le coach niçois Julien Espinosa, arrivé la semaine précédente en Alsace.

Ce vendredi pourtant, on a eu droit à un vrai match de basket, marqué aussi par le retour de Ludovic Pouillart, nommé début février sur le banc rouennais, et la première de Dovydas Redikas, recruté pour suppléer Nisre Zouzoua sur la ligne arrière.

Dès les premiers instants, les deux adversaires sont concentrés et nullement bridés par l’enjeu, à l’image de cette fulgurance de Marquis Wright, qui vient inscrire les premiers points de la partie (2-0, 1ere’). L’ASA montre un visage conquérant et enjoué. Remobilisés par le discours de leur nouveau stratège, Anthony Racine (5 points dans cette période) et les siens se partagent la balle, la font bouger et trouvent des positions de tirs intéressantes (12-5, 5e’). 

Les Normands sont aussi dans le tempo et restent à distance respectable grâce à Brandon Edwards, l’ancien du BCGO (23-18, 10e’). Le mano a mano se poursuit dans le deuxième quart. Plusieurs fois, l’Alliance semble pouvoir se détacher, sous la houlette de Marquis Wright et d’ « Obi » (30-25, 15e’), mais elle échoue à convertir l’essai et ne dépassera jamais les 7 unités d’avance. 

Une incapacité due également à la très belle prestation de Pierre-Etienne Drouault, dont le poignet gauche est bien réglé (27 points au total). A la mi-temps, le suspense reste entier entre deux formations bien en place des deux côtés du terrain et qui ne veulent rien lâcher (44-39, 20e’).

La rencontre se tend et l’intensité grimpe d’un coup au retour des vestiaires. Rouen reste au contact en permanence pendant que l’ASA bafouille son basket et sort un peu de la partie après deux fautes techniques, plutôt sévères, sifflées coup sur coup contre Jérôme Cazenobe et Julien Espinosa. Les visiteurs en profitent pour s’installer en tête un court instant (57-60, 27e’), mais Sofiane Briki réagit immédiatement à la faveur de cinq points de rang. Gries-Souffel reprend les commandes et se place avantageusement avant le money time (71-65, 30e’).

Souvent déstabilisés et peu en confiance dans les ultimes instants d’un match, Jason Bach et ses partenaires font cette fois preuve de beaucoup de solidité, de sérénité et d’abnégation. Les Alsaciens resserrent le jeu en défense et prennent dix longueurs d’avance, plus gros écart de la partie, au meilleur moment et à la suite d’un dunk d’Ivan Vranes (75-65, 33e’). 

Notre nouvel arrière lituanien, Dovydas Redikas, impulse une bonne énergie et gratte quelques ballons pour mettre définitivement Rouen dans les cordes. La fin de match haché et brouillonne n’y change rien, l’ASA fait même gonfler le score un peu plus pour conclure l’une de ses prestations les plus abouties en championnat cette saison (90-75).

« Cela faisait longtemps qu’on ne s’était pas senti dominer un match comme ça. Je pense que tout le monde a vu qu’on avait changé d’attitude », dira même le capitaine Jason Bach à l’issue de la rencontre, alors que notre Alliance restait sur cinq défaites d’affilée avant la trêve. 

Sans tomber dans l’euphorie induit par ce premier succès de l’ère Espinosa ni croire que le maintien est déjà acquis, on peut légitimement penser aujourd’hui que l’équipe n’abandonnera pas. C’est peut-être là la plus grande des victoires.

Consultez toutes les stats en cliquant ici

Quart-temps : 23-18, 21-21 (mi-temps : 44-39), 27-26, 19-10. Forest Arena à Gries. Arbitres : MM. Milliot, Daha et Da Cruz. 1 200 spectateurs.

ASA : 31/59 aux tirs dont 11/25 à trois points, 34 rebonds (Vranes 7), 19 passes décisives, 13 ballons perdus. 

Wright 19, Bach 3, Enechionyia 8, Cazenobe 4, Redikas 3, Sautier 3, Briki 14, Vranes 16, Dimanche 9, Racine 11.

ROUEN : 23/57 aux tirs dont 14/31 à trois points, 29 rebonds, 18 passes décisives, 14 ballons perdus. 

Adamovic 7, Gomis, Drouault 27, Edwards 7, Camara 2, Bassoumba, Philmore 12, Simeunovic 6, Injai, Bourhis 14.

  • La stat du match

Avec neuf points inscrits de plus que Rouen dans le dernier quart-temps (19-10), Gries-Souffel a enregistré ce vendredi sa plus grosse différence positive dans les 10 dernières minutes depuis le 3 décembre dernier, contre Evreux. Une fois n’est pas coutume, les joueurs de l’ASA ont parfaitement maîtrisé leur fin de rencontre, en étant plus solides et appliqués que leur hôte du soir.

  • La décla : Julien Espinosa, ce vendredi, après son premier en tant qu’entraîneur de l’ASA.

« Le match n’a pas été à sens unique, on a été mis en difficulté. Malgré tout, j’ai senti qu’une équipe se créait, avec des joueurs pouvant compter les uns sur les autres. Quand le dernier va chez l’avant-dernier, on peut avoir tendance à se cacher parce que l’enjeu est important, mais là, on a montré de l’audace et du courage. Bien sûr, cette victoire est fondamentale, mais ce qui m’a plu plus que tout, c’est notre attitude positive sur le terrain. Merci également au public qui nous a poussés de bout en bout. J’ai adoré l’atmosphère de cette salle. »

partenaires majeurs

partenaires institutionnels